Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Obut met la pétanque à l'heure des « geeks » !!!

 

Le fabricant de boules de pétanque propose une application permettant de calculer les scores des joueurs.

Obut, leader du secteur, né en 1955, produit chaque année 2 millions d\'unités. - Jean-Luc Rigaux / Obut
Obut, leader du secteur, né en 1955, produit chaque année
2 millions d'unités. - Jean-Luc Rigaux / Obut

Fini les coups d'éclat et les tricheries des mauvais joueurs pour savoir qui a gagné une partie de pétanque. Il suffit, désormais, de sortir son téléphone portable, doté de l'application Obut mMesure, pour déterminer, « sans aucun risque de contact avec les éléments sur le terrain » et en prenant une photo, la distance exacte des boules de chacun des participants par rapport au cochonnet, appelé « but » par les véritables amateurs. Premier fabricant mondial de boules de pétanque en acier, Obut, implanté à Saint-Bonnet-le-Château (Loire), fait tout pour rajeunir l'image de ce loisir qui, pour certains, représente une vraie pratique sportive. « L'enjeu, aujourd'hui, est d'attirer de nouveaux publics », reconnaît le PDG, Pierre Souvignet, qui a, par ailleurs, fait appel au designer Philippe Moine pour concevoir une sorte de couteau suisse du bouliste. Un instrument permettant de loger, côte à côte un mètre, le but en buis dans sa partie centrale, de tracer le cercle de début de partie avec une pointe métal et de mesurer les courtes distances avec un compas.

L'innovation est, également, technologique, avec un modèle baptisé « RCC », fabriqué à partir d'un acier au carbone, dont la structure interne a été conçue pour absorber la résonance provoquée par le rebond. Actuellement testé par des joueurs Elite sous contrat avec Obut, il sera commercialisé, en 2014, à un prix proche de 300 euros, le jeu de trois boules.

Famille royale thaïlandaise

Le succès de la PME passe aussi par l'export. Le summum est atteint en Thaïlande, où ce descendant du jeu provençal compte énormément d'adeptes. La famille royale, qui l'a découvert lors d'un voyage en Suisse et sur la Côte d'Azur, en a fait quasiment un sport national, notamment au travers de l'armée. Et désormais des écoles. Obut revendique les trois-quarts des ventes mondiales, avec comme plus sérieux concurrents, deux fabricants… thaïlandais. Le Français a assis sa suprématie en rachetant deux autres producteurs hexagonaux : l'ex-vépéciste La Boule Noire, de Toulon, en 1985, et JB à Saint-Bonnet-le-Château, en 1993.

Le leader du secteur, avec une production annuelle de 2 millions d'unités, toutes forgées dans la Loire, Obut, est né en 1955. L'essor de ce produit a conduit à l'arrêt de la fabrication de fourches télescopiques pour cyclomoteurs. L'entreprise familiale réalise un chiffre d'affaires stable, compris entre 16 et 17 millions d'euros, et ses effectifs sont en légère baisse à près d'une centaine de salariés. La vente directe représente, aujourd'hui, un quart de l'activité avec trois boutiques à Paris, Vallauris (Alpes-Maritimes) et Saint-Bonnet-le-Château, et surtout grâce à Internet. Les dirigeants qui sponsorisent la plupart des grandes compétitions, dont le récent mondial La Marseillaise (13.000 participants) s'inquiètent de l'érosion du nombre de licenciés de la Fédération française de pétanque et jeu provençal (FFPJP), qui aurait baissé, selon eux, de près de 30 % en dix ans.

Denis Meynard

Correspondant à Saint-Etienne


Les Echos

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article