Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Edito du mois d'Octobre du Président Alain Cantarutti

 

Qu’est-ce que le mois d’octobre ? Souvent un mois de transition, sans grand but si ce n’est de passer à l’heure d’hiver, d’assister aux chutes dansantes des feuilles, aux changements de couleurs, le vert vire inéluctablement à l’orange, au brun, d’avoir besoin d’un pull dans les matins un tantinet frisquets, de voir les nuages s’accrocher aux antennes, de faire les premiers dessins sur la buée des fenêtres. Oui, bien sûr en octobre, il y a les champignons, les vendanges tardives, les jours au soleil romantique, les couleurs chaudes puis la récolte des pommes à cidre, des châtaignes et des glands. En fait, si octobre est le mois préféré des sorciers, surtout les jours impairs, je trouve le dixième mois de l’année plutôt révolutionnaire et sympathique, n’est-il pas aussi le mois des anges gardiens ? Septembre vient de finir, je ne le regrette pas, il m’a enlevé Philippe et Wahéo. Samedi dernier Henri BERNARD nous a quitté, il restera LE PRESIDENT emblématique et absolu, nous ne sommes que ses élèves, profond respect.

 

A mi-octobre, nous ferons les comptes et force est de constater que les anges gardiens n’ont pas surveillé nos licenciés. Malheureusement la tendance est à la chute du nombre global alors que paradoxalement les chiffres de participation aux divers qualificatifs et Championnats départementaux n’ont jamais été aussi bons. Les licenciés de complaisance que je qualifierai plutôt de périphériques ne sont plus là. Certainement les fautes sont partagées et multiples, chaque strate de notre famille possède sa part de responsabilité main dans la main avec les nouveaux codes et modes de vie.

Des anges gardiens qui, je l’espère, veilleront sur nos équipes de France tant à Montauban pour les féminines en quête d’arc en ciel, qu’à Rome pour les seniors en qualification vers les championnats du Monde 2014 ou pour les espoirs attirés par les étoiles européennes à Düsseldorf. Le mois d’octobre est en fait un mois ponctué par les dates internationales, par les rendez-vous des championnats par équipes de clubs et par le deuxième tour de la Coupe de France. Si les grandes capitales ne dorment jamais, la grande roue qui entraîne nos sports ne s’arrête plus de tourner. Dès Halloween passé, nous prendrons le chemin de novembre avec dès les premiers jours le Trophée des Villes. Octobre est propice aux réflexions, aux modifications, semble-t-il salvatrices, afin de se donner le courage de passer l’hiver avant de continuer.

En attendant d’aller chercher nos anges blonds, vers 17 h, à la fin de leur temps périscolaire que nous devons tenter d’investir avec nos écoles de pétanque, beaucoup d’entre nous referont le monde. Comme des amis complices, ils s’affronteront chacun détenant la vérité, chacun avec ses sentiments chargés d’exaltation, de passion. Les idées, les solutions s’entasseront comme les feuilles qui finissent de tourbillonner suivant le vent. Chacun ne s’apercevant pas qu’il est une des feuilles du puzzle. Pourtant, les feuilles d’automne continuent de se ramasser à la pelle.

 

Alain Cantarutti, Président de la FFPJP

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves BOULAY 01/10/2013 21:03

Jean-Yves Boulay : 13ème année consécutive de baisse (même de chute) du nombre de licenciés à la FFPJP d'après l'aveux même de son Président qui, de son nuage, fait des proses en nous parlant de
l'automne et de ses feuilles mortes. Oui c'est bien l'automne de la pétanque classique !

Alain Cantarutti : "A mi-octobre, nous ferons les comptes et force est de constater que les anges gardiens n’ont pas surveillé nos licenciés. Malheureusement la tendance est à la chute du nombre
global…"

Jean-Yves Boulay : On entassent les idées nouvelles (comme La Nouvelle Pétanque) pour les ramasser à la pelle !

Alain Cantarutti : "En attendant…, beaucoup d’entre nous referont le monde. Comme des amis complices, ils s’affronteront chacun détenant la vérité, chacun avec ses sentiments chargés d’exaltation,
de passion. Les idées, les solutions s’entasseront comme les feuilles qui finissent de tourbillonner suivant le vent. Chacun ne s’apercevant pas qu’il est une des feuilles du puzzle. Pourtant, les
feuilles d’automne continuent de se ramasser à la pelle."

Jean-Yves Boulay : Continuons donc d'avoir des idées, mais à quoi bon, on les entassera pour les ramasser (et s'en débarrasser) à la pelle !