Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BRUAY sur ESCAUT: Inscription pour la 10ème Etape du Challenge EDUCNAUTE-INFOS

Nous vous invitons a vous inscrire

à la 10ème Étape du Challenge EDUCNAUTE-INFOS,

chez nos amis les "CHTIS" ...!!!

Affiche-national-2014-Bruay-C.pdf---Adobe-Reader-15052014-0.jpg

Affiche-national-2014-Bruay-C.pdf---Adobe-Reader-1-copie-1.jpg

 

RÉSERVATIONS

       CONCOURS                      REPAS

Microsoft Excel utilisation non commerciale - Feuille inscr  Microsoft Excel utilisation non commerciale - fiche repas.x

 

PRÉSENTATIONS

 

Situation Géographique

Une ville accessible

Bruay sur l'Escaut bénéficie d'une situation privilégiée se situant à 10 minutes de Valenciennes, 40 minutes de Lille,

1 heure de Bruxelles et 2 heures de Paris.

 

CLUB DE PÉTANque

Pétanque Bruaysienne

 

 Boulodrome Ledru Rollin

 

 le mardi de 18h à 21h (enfant – 16 ans)

 

 le mercredi de 13h30 à 21h (toutes catégories)

 

 le vendredi de 18h à 21h (toutes catégories)

 

 le samedi de 14h à 21h (toutes catégories)

 

 le dimanche + jours fériés de 14h à 21h (toutes catégories)

 

Tarifs : 25€/an pour les adultes

17€/an pour les juniors

15€/an pour loisir, les minimes et le cadets

 

Président : M.DERVEAUX

35 rue Désandrouins 59278 Escautpont

 03.27.26.15.55

 

 

Les origines de Bruay sur l'Escaut


Etang de Bruay sur l'EscautLa ville est longée par le fleuve l’Escaut, qui prend sa source dans l’Aisne puis traverse tout le département du Nord en arrosant Cambrai, Valenciennes, Bruay-sur-l’Escaut….. Il passe en Belgique puis entre aux Pays-Bas où il se jette dans la mer du Nord.


Dans les premiers manuscrits des archives locales et départementales que nous avons pu retrouver, la forme toujours usitée est “Bruel” (“paroisse de Bruel” en 1161 ; “Gontier de Bruel” en 1083, 1143). On a pu alors croire que Bruel était une altération populaire de Ruel que l’on trouve dans une chronique rimée du XIIIème siècle, oeuvre de Philippe Mouskes, qui fut évêque de Tournai.


Certes, il y a encore à Bruay un vieux quartier situé à proximité de l’église qu’on appelle depuis des siècles “Les Ruelles” et qui semble bien avoir été le berceau de la paroisse. Pourtant cette explication doit être, à coup sûr, rejetée : en effet, on ne peut admettre aujourd’hui cette mutation de Ruel en Bruel et il faut aussi reconnaître qu’aucun document ancien ne mentionne ce toponyme “Ruel”. Philippe Mouskes aurait-il donc voulu désigner le quartier, le lieu-dit, et non la paroisse elle-même ?


Dans son ouvrage, “Etudes historiques et comparatives sur les noms de villes et villages du département du Nord” M. Mannier qui a lu “Bruech” dans un cartulaire de l’abbaye de Saint-Amand de 1242, donne pour origine au nom de notre commune le mot germanique “bruch” (en flamand : broek) qui signifie marais, lieu bas et aquatique. C’était déjà l’opinion du chroniqueur valenciennois Jacques de Guyse qui écrivit ses annales au XIVè siècle.

L’ouvrage actuellement le plus récent et le plus complet est celui de M. Gysseling publié en 1960. M. Gysseling, qui est professeur à l’Université de Gand, écrit que le toponyme Bruel est très fréquent dans les Pays-Bas, tant romans que garmaniques, qu’il s’agit d’un emprunt au mot celtique “brogil” et qu’il semble s’appliquer, en général, à des terrains marécageux, souvent boisés. C’était d’ailleurs aussi l’avis de M. Vincent qui écrivait en 1937 : Le mot “brogil” est probablement d’origine celtique, il est fréquent dans la toponyme flamande et dans l’ouest du Pays Wallon, il a donné en vieux français : breuil, bruil, bruel : il signifie un bois clôturé situé dans un endroit humide, marécageux.

Dans les archives du XVIè siècle apparaît de plus en plus fréquemment la forme “Bruail” qui est restée, en patois rouchi, dans l’expression “Les Bruailliers” pour désigner les habitants de notre commune. C’est aussi Bruail que nous lisons dans le cartouche du tableau représentant le village vers 1590-1600.

On passe ensuite au XVIIè siècle par le toponyme “Brueil” (c’est, par exemple, cette forme que nous retrouvons sur l’inscription gravée sur la cloche fondue en 1665 et enlevée par les Allemands en 1918 : “Je suis refondu par la communautelle de Brueil-les-Valenciennes”.

Vers 1730, nous lisons assez fréquemment “Bruaÿ” dans les documents de l’époque pour en arriver à “Bruay” quelques années avant la Révolution. Il n’est toutefois pas rare de voir le nom du village écrit de diverses façons à la même époque : c’est ainsi qu’au début du XVIIIè siècle, on écrit indifféremment Brueil ou Bruaÿ.

Enfin la dénomination actuelle de la commune ne date que de 1902. Le 16 août 1900, le conseil municipal approuvait à l’unanimité la proposition de MM. Augustin Chevalier, maire, et Edouard Lambert : “Considérant que le département du Pas-de-Calais possède une commune dont le nom s’orthographie absolument de la même façon que Bruay dans le département du Nord, qu’il en résulte des retards dans les correspondances tant commerciales qu’administratives, et dans les envois par chemin de fer, ce qui cause quelque fois de grands préjudices au commerce et à l’industrie, le conseil municipal décide de solliciter de l’administration supérieure que Bruay (Nord) prenne dorénavant la dénomination de Bruay-sur-l’Escaut”. Le décret autorisant cette nouvelle dénomination fut signée le 29 juin 1902 par le Président de la République, Emile Loubet.

 

 

Les documents photographiques du diaporama sont extraites de l'ouvrage de M. Jean-Pierre Dhesse " Mémoires en images de Bruay sur l'Escaut " qui paraîtra aux éditions Alan Sutton avant l'été.

Son passé minier

la mine
 
Bruay sur l’Escaut fait partie des communes minières et pourtant, il n’y a jamais eu d’exploitation de la houille sur son territoire
 

Passé minier
 
Ce sont les effets d’une déforestation due à une demande accrue de l’industrie, qui obligea nos ancêtres à rechercher un autre combustible, largement utilisé au-delà des frontières, le charbon.

Deux Forages furent creusés au lieu-dit « Le Boctian » ( Petit Bois ) en 1728. Ce lieu-dit se situe à l’Ouest de la Fosse Thiers, à la limite d’Escautpont, entre la rue de Cornay et l’allée des marronniers. Ces deux ouvrages furent rapidement abandonnés à cause du niveau des eaux et surtout par manque d’un matériel d’épuisement assez puissant.
D’autres forages furent également réalisés dont un au Nord de la commune, arrêté à 119 mètres de profondeur, un dernier vers la rue des Merlicans, abandonné en 1816 à 104 mètres.

Les principaux puits d’extraction se situaient au pourtour de la Commune. C’était le cas de la fosse de Thiers ( 1856) dont les deux puits jouxtaient la commune - côté Saint Saulve et de la fosse de Lagrange ( 1886 ) au Nord – implantée sur le territoire de raismes.
Si l’extraction du charbon se faisait à l’extérieur de notre commune, on peut dire que Bruay, grâce au chemin de fer dit d’ « Anzin », mis en service en 1874, reliant Somain à Peruwelz et au canal de l’Escaut, était un centre important permettant l’écoulement du combustible des mines précitées, mais aussi des fosses Cuvinot à Vicq ( 1894 ) et Maurice Sabatier à Raismes ( 1912) ainsi que toutes celles situées entre Bruay et la frontière Belge.

Pour compléter ce rapide panorama sur l’exploitation de la houille, il faut citer également l’usine Rousseau ( située sur Raismes, elle aussi ) qui épurait le charbon, et fabriquait, avec le menu charbon, les agglomérés appelés « boulets ».
C’est en gare de Bruay que se faisait le tirage des wagons et, grâce au raccordement SNCF, l’expédition du charbon sur le réseau national.

D’autre part, une partie du combustible était utilisée par la cokerie et la centrale thermique, séparées de Bruay par le canal de l’Escaut, à l’arrière de la fosse Thiers.
Avec la mise en exploitation de la houille et le développement de l’industrie, notre commune connaît une explosion démographique. En 40 ans, de 1866 à 1906, sa population passe de 3251 habitants à 7488 ! La main d’œuvre n’étant pas suffisante, surtout après la première guerre mondiale, il est fait appel à des ouvriers étrangers, polonais en particulier.

La compagnie des mines d’Anzin érige de nombreuses cités, encore appelées corons, qui pour le début du 20ème siècle apportent un certain confort au mineur et à sa famille, confort tout relatif puisque l’eau doit être puisée à la bonne fontaine située sur la rue. Dans certains corons, l’épouse du mineur pourra faire cuire son pain ou la tarte pour la ducasse, au four commun à plusieurs habitations. Peut être en existe-t-il encore ?
Il y a des commerces partout, même dans les cités et les estaminets, aussi appelés cabarets ne se comptent plus.

Après la seconde guerre mondiale, les mineurs furent à nouveau sollicités. Il fallait reconstruire, relancer la sidérurgie et surtout l’économie du pays….Le rendement battait des records.
C’était aussi la fin de la compagnie des Mines d’Anzin, remplacée par les houillères nationales après la nationalisation. A nouveau on construisait des cités pour accueillir une nouvelle main d’œuvre.

Puis, progressivement, par la pauvreté des ressources en charbon et l’utilisation de nouvelles énergies, les mines cessèrent leurs activités.
Aujourd’hui seuls quelques chevalets, squelettes métalliques, ou quelques terrils, rappellent encore, avec les corons, que des milliers d’hommes ont travaillé à des centaines de mètres sous nos pieds.

Les témoins de cette ère du charbon sont de moins en moins nombreux, souvent vaincus par la terrible maladie qu’est la silicose.
Auteur André HOUPE

Documents photographiques extraits de l'ouvrage de M. Jean-Pierre Dhesse

" Mémoires en images de Bruay sur l'Escaut " paru aux Editions Alan Sutton.

 

EDUCNAUTE-INFOS

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article